Le 1er février est une date historique pour le Monaco Rugby Sevens. Ce jour-là un club est né. Lors de la première édition de l’In Extenso Supersevens la toute nouvelle équipe a fait ses grands débuts. Le MR7S est alors entrainé par Paul Albaladejo et l’effectif est composé de 15 pionniers (Adonis, Arendse, Brown, Da Silva, Grobbelaar, Human, Kota, Lapeyre, Murphy, Oosthuizen, Pretorius, D. Sancery, F. Sancery, Syster, Van WyK). Dans l’ambiance électrique et joviale de la Paris la Défense Aréna, le MR7S a été à la hauteur de l’événement en terminant 7e de la compétition et en proposant un rugby dans le pur esprit de ce que doit être le jeu à 7, à la fois festif, surprenant et offensif.

Saison 2022

pau

la rochelle

perpignan

Saison 2021

FINALE - PARIS LA DEFENSE ARENA

Comme un air de revanche, cette finale opposait les Barbarians Français à Monaco. Soit la même affiche que lors de l’étape toulousaine qui avait été remportée par les joueurs de la Principauté en août dernier. Ce coup-ci le titre suprême était en jeu et les Babaas se sont imposés 40-14. Dominateurs durant l’ensemble de la finale, les Barbarians ont ainsi été sacrés vainqueurs de l’InExtenso Supersevens malgré une belle résistance des joueurs du MR7s auteurs de deux essais signés Dan Norton et Pierre Courtaud. La saison 2021-2022 se terminant tout de même par une probante 2e place lors du tournoi final et les victoires à l’issue des étapes de Toulouse et La Rochelle.

C’est un véritable challenge qui s’est présenté en demi-finale. En effet les joueurs de la Principauté se sont retrouvés confrontés au Racing 92, champion en titre et évoluant de fait à domicile. Pas vraiment de quoi impressionner l’expérimentée formation monégasque et son capitaine Johan Demai-Hamecher mis sur orbite par Paulin Riva pour le premier essai du match. Les Franciliens répondant instantanément pour un score étriqué de 5-7 au moment de « rentrer aux vestiaires ». Dans une rencontre plutôt serrée, McNulty donnait un confortable avantage à Monaco en concluant un beau mouvement collectif. Les Racingmen, accrocheurs, revenaient illico 14-10 avant l’essai de la libération synonyme de place en finale par Courtaud (21-10).

Deux fois titré aux étapes toulousaine et rochelaise le MR7s s’est logiquement retrouvé à la Paris la Défense Arena pour le tournoi final. Positionnés en quart de finale contre le Stade Rochelais, les joueurs du Rocher ont parfaitement débuté ce dernier rendez-vous de l’InExtenso Supersevens avec une victoire 17-12. Encaissant un essai d’entrée de jeu par les Maritimes (2e minute) c’est avec détermination que les protégés du duo Aicardi-Kent sont revenus en scorant à leur tour 2 minutes plus tard par une réalisation de la recrue Dan Norton. L’international anglais était imité juste avant la pause par une autre star du circuit à sept en la personne de Cecil Afrika. 10-7 à la mi-temps puis 17-7 à 4 minutes de la fin toujours grâce à Cecil Afrika qui se faufilait dans la défense adverse pour l’essai du succès.

Comme un air de revanche, cette finale opposait les Barbarians Français à Monaco. Soit la même affiche que lors de l’étape toulousaine qui avait été remportée par les joueurs de la Principauté en août dernier. Ce coup-ci le titre suprême était en jeu et les Babaas se sont imposés 40-14. Dominateurs durant l’ensemble de la finale, les Barbarians ont ainsi été sacrés vainqueurs de l’InExtenso Supersevens malgré une belle résistance des joueurs du MR7s auteurs de deux essais signés Dan Norton et Pierre Courtaud. La saison 2021-2022 se terminant tout de même par une probante 2e place lors du tournoi final et les victoires à l’issue des étapes de Toulouse et La Rochelle.

C’est un véritable challenge qui s’est présenté en demi-finale. En effet les joueurs de la Principauté se sont retrouvés confrontés au Racing 92, champion en titre et évoluant de fait à domicile. Pas vraiment de quoi impressionner l’expérimentée formation monégasque et son capitaine Johan Demai-Hamecher mis sur orbite par Paulin Riva pour le premier essai du match. Les Franciliens répondant instantanément pour un score étriqué de 5-7 au moment de « rentrer aux vestiaires ». Dans une rencontre plutôt serrée, McNulty donnait un confortable avantage à Monaco en concluant un beau mouvement collectif. Les Racingmen, accrocheurs, revenaient illico 14-10 avant l’essai de la libération synonyme de place en finale par Courtaud (21-10).

Deux fois titré aux étapes toulousaine et rochelaise le MR7s s’est logiquement retrouvé à la Paris la Défense Arena pour le tournoi final. Positionnés en quart de finale contre le Stade Rochelais, les joueurs du Rocher ont parfaitement débuté ce dernier rendez-vous de l’InExtenso Supersevens avec une victoire 17-12. Encaissant un essai d’entrée de jeu par les Maritimes (2e minute) c’est avec détermination que les protégés du duo Aicardi-Kent sont revenus en scorant à leur tour 2 minutes plus tard par une réalisation de la recrue Dan Norton. L’international anglais était imité juste avant la pause par une autre star du circuit à sept en la personne de Cecil Afrika. 10-7 à la mi-temps puis 17-7 à 4 minutes de la fin toujours grâce à Cecil Afrika qui se faufilait dans la défense adverse pour l’essai du succès.

LA ROCHELLE

Doublement historique. Deux finales et deux trophées, c’est un 100 % qui a été réussi par les protégés de Jérémy Aicardi de nouveaux vainqueurs. Après avoir accroché à leur palmarès l’étape de Toulouse, ils ont fait de même avec celle de La Rochelle en dominant le RC Toulon en finale 29-7. Comme la semaine dernière les joueurs de la Principauté ont dégagé sérénité et maitrise durant ce match capital. D’abord en reprenant les choses en main en première mi-temps après avoir encaissé un essai d’entrée de jeu puisque Le Berre et Simon redonnaient l’avantage à la pause 10-7. Puis l’accélération placée dans la dernière ligne droite a été fatale aux Varois transpercés tour à tour par Ferro, Luteau et enfin Soulisse signant l’ultime essai de ce tournoi terminé une nouvelle fois de manière triomphale.

Comme on se retrouve. Pouvait on titrer à l’annonce de cette demie opposant les deux ex-finalistes de l’étape toulousaine. Face à face, Monaco et Les Barbarians pour, comme souvent, un match débridé qui s’est terminé sur le score de 31-14 en faveur des joueurs de la Principauté. Pour s’ouvrir la route jusqu’en finale, les joueurs du MR7s ont franchi la ligne à deux reprises en première période via Simon et l’incontournable Qeleca puis Demai-Hamecher, Lalli et Godsmark ont corsé l’addition. Monaco s’est ainsi qualifié pour la deuxième finale de son histoire.

Place aux quarts et quel rendez-vous ! Sur sa pelouse du stade Marcel-Deflandre, Monaco a dû affronter La Rochelle. Dans une partie très engagée les hommes de Jérémy Aicardi sont quand même parvenus à trouver la faille. En première
mi-temps Luteau inscrivait l’essai permettant de virer en tête à la pause 7-5 puis au retour des vestiaires Wokorach délivrait le MR7s dans les arrêts de jeu pour une victoire 14-10 au bout du suspense.

Pour le premier match de cette dernière étape estivale du Supersevens, Monaco affrontait le Stade toulousain. En tant que vainqueurs du dernier tournoi, les joueurs du Rocher étaient ce coup-ci attendus au tournant par leurs adversaires mais ils ont été à la hauteur de leur nouveau statut de favoris en s’imposant d’entrée 22-17 à l’issue d’une rencontre globalement maitrisée malgré un réveil toulousain dès le deuxième acte.

TOULOUSE

Sur la pelouse du stade Ernest-Wallon, la deuxième étape du Supersevens a parfaitement débuté avec un large succès 28-7 face au Castres Olympique. Après un round d’observation, Lancelot Luteau a entamé les hostilités avec un premier essai. Le CO revenait rapidement au score avant le doublé de l’intenable Luteau. 14-7 à la pause puis 21-7 grâce à la recrue star Cecil Afrika. Enfin, une dernière réalisation de Johan Demai-Hamecher propulsait Monaco en quart de finale.

 

Sur la pelouse du stade Ernest-Wallon, la deuxième étape du Supersevens a parfaitement débuté avec un large succès 28-7 face au Castres Olympique. Après un round d’observation, Lancelot Luteau a entamé les hostilités avec un premier essai. Le CO revenait rapidement au score avant le doublé de l’intenable Luteau. 14-7 à la pause puis 21-7 grâce à la recrue star Cecil Afrika. Enfin, une dernière réalisation de Johan Demai-Hamecher propulsait Monaco en quart de finale.

 

Défaits lors de l’étape aixoise à ce stade de la compétition Monaco
avait la farouche volonté de prolonger l’aventure ce coup-ci et sur le
terrain les hommes de Jérémy Aicardi n’ont pas tremblé face à l’un des
favoris : le Racing 92. Les Franciliens ouvraient la marque puis Saimone
Qeleca redonnait l’avantage aux joueurs de la Principauté. 7-5 à la
pause avant un doublé de Johan Demai-Hamecher assurant un succès final
19-7. Monaco file en demi-finale !

Sur la pelouse du stade Ernest-Wallon, la deuxième étape du Supersevens a parfaitement débuté avec un large succès 28-7 face au Castres Olympique. Après un round d’observation, Lancelot Luteau a entamé les hostilités avec un premier essai. Le CO revenait rapidement au score avant le doublé de l’intenable Luteau. 14-7 à la pause puis 21-7 grâce à la recrue star Cecil Afrika. Enfin, une dernière réalisation de Johan Demai-Hamecher propulsait Monaco en quart de finale.

 

aix en provence

Qualifié pour les quarts, Monaco se retrouvait opposé à la Section Paloise. Tout aussi déterminés que lors du huitième, les joueurs de la Principauté n’ont toutefois pas réussi à contourner l’obstacle béarnais malgré une belle prestation aboutissant sur une défaite étriquée 21-26 face aux futurs vainqueurs de l’étape ! Sanchez égalisait (7-7) puis Qeleca relançait la course poursuite (14-19) avant un ultime essai de Courtaud (21-26) qui malheureusement ne permettait pas de reprendre l’avantage.

Reversés dans le tournoi secondaire les hommes de Jérémy Aicardi ont affronté le Biarritz Olympique afin de déterminer le classement final entre la 5e et la 8e place. Comme contre Pau en quarts la partie fut serrée avec un score final de 26-28 en faveur des Basques. Après un essai encaissé rapidement, Monaco répondait via Hamecher. Biarritz reprenait les commandes avant la mi-temps malgré un essai de Ford. 12-14 à la pause puis 19-14 en faveur des joueurs du Rocher. Cette excellente entame se confirmait avec une nouvelle réalisation, Monaco prenant le large 26-14 à 4 minutes de la fin. Cependant le réveil des Biarrots était fatal… Deux essais étaient inscrits coup sur coup et le BO raflait la victoire se positionnant ainsi à la 6e place, Monaco prenant la 7e place.

Contre l’UBB, les joueurs du Monaco Rugby 7s n’ont pas manqué leur entrée en matière. Sous la chaleur et sur la pelouse du synthétique du stade Maurice-David d’Aix-en-Provence, les protégés de Jérémy Aicardi ne voulaient pas passer à côté de la toute première rencontre de cette édition 2021-2022 de l’InExtenso Supersevens. Engagés d’office en huitième de finale, les joueurs de la Principauté ont dominé leurs adversaires girondins sur le score de 29-14. Un succès acquis grâce notamment à des essais de Reynaert, Qeleca, Lalli et une acrobatie de Bureitakiyaca pour un score de 22-7 à la pause. Le MR7s s’est ensuite ouvert les portes des quarts de finale via une ultime réalisation de Hamecher.

 
 

Saison 2020

Pour clôturer ce premier tournoi Monaco vise la 7e place du classement général. Dans une rencontre moins indécise que les précédentes, le MRS s’impose largement 35-18 contre le SU Agen. Lors du match Brown y va de son doublé puis Murphy, Adonis et Syster suivent son chemin et le Monaco Rugby Sevens termine l’In Extenso Supersevens comme il a débuté, par une victoire.

Prolifique et palpitant ce match de classement entre les deux équipes ne participant pas au Top 14 a été un vrai festival offensif. Le score final ? 33-28 en faveur des Barbarians Français et une courte défaite en prolongation pour Monaco qui peut quitter le terrain avec la tête haute. Comme contre Paris le début de rencontre est à l’avantage des adversaires qui sont tête au moment de souffler 21-7. Dès la reprise le match devient fou, Murphy, Daniel Sancery et Van Wyk franchissent la ligne d’en-but… 28-28. De nouveau engagés en prolongation Monaco s’incline ce coup-ci 33-28 et va tenter de décrocher la 7e place du classement face à Agen.

Qualifié en quart de finale Monaco affronte le Stade Français, tombeur de Montpellier au tour précédent. Les Parisiens prennent rapidement le contrôle du jeu et se retrouvent en tête 21-7 avant le changement de côté, malgré un essai de Brown. Le deuxième acte commence fort avec l’un des plus beaux essais du tournoi inscrit par Kota. Ce dernier mystifie toute la défense adverse par des crochets déroutants et permet à Monaco de revenir au score 21-12. Joie de courte durée, le Stade Français marque un 4e et dernier essai synonyme de victoire 26-19. Une ultime réalisation de Brown ne change pas l’issue du match, les joueurs du Rocher basculent dans le tableau secondaire.

Premier match et première victoire. Le Monaco Rugby Sevens n’a pas manqué ses grands débuts. Face à Brive, en huitième de finale du tableau principal, Monaco encaisse un essai jute avant la pause mais la réplique quasi-immédiate de Christoffel Grobbelaar permet l’égalisation, le Sud-africain devenant au passage le premier marqueur d’essai de l’histoire du club. Après la mi-temps, le chassé-croisé continue jusqu’en prolongation et c’est Ardense en bout de ligne qui offre finalement la première victoire du Monaco Rugby Sevens, 17-12.